Rencontre avec l'équipe de Nectar - Phoebe Snyder, représentante des ventes techniques

Hannah Thomas
Par
Hannah Thomas

Comment avez-vous commencé à vous intéresser à l'apiculture?

Je me suis intéressée aux insectes dès 2014, lorsque ma mère et moi cherchions ensemble des mantes religieuses. C'était tellement amusant de travailler dehors avec elle, et je pense que c'est là qu'est née ma vocation de biologiste. J'ai fini par décider de passer aux abeilles, et je plaisante en disant que c'est parce que je voulais choisir un insecte qui me rapporterait de l'argent.
J'étais à l'université et il y avait un professeur, le Dr Jody Johnson, qui faisait des recherches sur les abeilles, et juste au moment où je commençais à m'intéresser aux abeilles, elle a donné une conférence à l'université. Par la suite, je l'ai contactée, et elle m'a fait visiter ma première ruche.

Je me souviens encore de ma première ruche, de toute la journée. Le moment où j'ai réalisé que je voulais faire ça pour de vrai, c'est quand elle m'a montré un cadre de couvain naissant. C'était une véritable surcharge sensorielle, car j'entendais le bourdonnement et je percevais les odeurs et les images. Elle m'a fait remarquer qu'il y avait une abeille qui se frayait un chemin hors de la cellule, et elle m'a dit: "Regarde Phoebe, c'est une abeille qui naît!".

Pour moi, c'était un événement cosmique: c'est le moment où j'ai réalisé que je devais faire ça pour toujours. J'espère que je mourrai en traversant une ruche, ce serait tout simplement sublime. C'est à partir de là que j'ai commencé à travailler avec le Dr Johnson et c'était la pédale au plancher, on ne s'arrêtait pas. Elle m'a fait commencer par le bas de l'échelle, en faisant des choses comme nettoyer les équipements et préparer les boîtes pour l'arrivée des paquets. Les premières fois que j'ai travaillé avec des abeilles ont été très dures, j'ai eu un coup de chaleur, j'ai été piqué 80 fois en quelques minutes et j'ai même travaillé avec des abeilles africanisées sur la première ruche que j'ai visitée moi-même. Les choses n'ont fait que s'améliorer à partir de là; Jody plaisantait en disant que j'avais été baptisé dans le feu.

Mme Johnson m'a appris à être forte, car l'apiculture est un secteur à forte dominance masculine, et surtout si vous combinez l'apiculture et la science, vous êtes l'une des rares. Elle m'a appris à naviguer et à survivre dans le secteur, simplement en donnant l'exemple. Elle m'a donné toutes les occasions de travailler avec les abeilles, et je ne serais pas là sans elle.

Qu'est-ce qui vous a attiré dans le monde de l'apiculture commerciale?

Ce n'est que plus tard dans mes études que j'ai réalisé que je me destinais à l'apiculture commerciale. Lorsque j'ai commencé, je savais seulement que je voulais être au sommet de l'apiculture. Je voulais développer mes compétences en permanence et je savais que le travail avec les abeilles serait ma carrière. Je voulais être comme les grands noms du secteur: des personnes issues de familles qui ont une centaine d'années d'expérience en apiculture derrière elles.

Initialement, je croyais que j'y parviendrais par la recherche. Lorsque j'ai commencé ma maîtrise, je pensais que je voulais poursuivre avec un doctorat et devenir professeur. Cependant, une fois que j'ai fait l'expérience du côté académique de l'industrie apicole, j'ai remarqué que plus on atteint un niveau élevé, plus on doit travailler depuis le bureau. Cela ne m'intéressait pas vraiment, car je ne veux jamais cesser de travailler avec les abeilles à l'extérieur.


Qu'est-ce que vous préférez dans votre travail chez Nectar?

Deux choses: la première est de pouvoir travailler avec des apiculteurs commerciaux dans le cadre de différents projets de recherche et d'en apprendre davantage sur les problèmes qu'ils rencontrent au quotidien. Même si le travail avec les abeilles est ma passion, je ne pourrais jamais faire ce qu'ils font et je pense qu'il est difficile de comprendre tout ce qu'ils vivent chaque année dans leur entreprise, et à quel point cela change d'une année à l'autre, jusqu'à ce que vous soyez là avec eux, en train de travailler. C'est donc génial de pouvoir les rencontrer, de voir comment ils travaillent et d'apprendre tout ce à quoi ils sont confrontés. Vous ne rencontrerez jamais quelqu'un comme un apiculteur, ils sont tous amusants et ce sont de très bonnes personnes avec qui travailler. Ce que je préfère aussi, c'est travailler avec l'équipe de Nectar. L'expérience a été vraiment bonne, tout le monde est tellement génial, solidaire, amusant et facile à vivre.

Quels sont les développements à venir du BeeTrack qui vous enthousiasment le plus?

Je suis impatient de pouvoir en faire plus dans l'application. Bientôt, nous pourrons mieux gérer les cours dans l'application, y compris changer les noms des cours juste sur votre smartphone. Je suis également enthousiasmé par les développements que nous avons eus concernant les traitements contre le varroa et les meilleures pratiques de gestion. C'est vraiment un élément central du travail sur le comportement hygiénique sur lequel j'ai fait mon mémoire de maîtrise. J'ai travaillé sur le varroa depuis le tout début de mes études, et je pense que c'est vraiment génial que nous arrivions maintenant à quelque chose qui combine la technologie avec le traitement du varroa, ce qui aurait été fou d'y penser quand j'ai commencé mes études.

Si vous étiez une abeille, de quelle espèce seriez-vous et pourquoi?

Je serais Apis florea, ce sont les abeilles naines d'Asie. Elles sont très petites et mignonnes, et elles sont très vocales. Elles font ce truc bizarre où elles émettent des vocalisations comme mécanisme de défense de la colonie. Elles font beaucoup de sifflements, ce que je trouve plutôt génial.

Partagez cet article

Articles reliés