Voici comment une apiculture à faible intervention humaine pourrait augmenter le taux de survie

Hannah Thomas
Par
Hannah Thomas

Nous remercions tout particulièrement Jason Miller de Miller Honey Farms et Randy Oliver de ScientificBeekeeping.com pour leur contribution. Phoebe Snyder et Maximilian Cherney ont également contribué à cet article.

Chaque année, des centaines de milliers de ruches d’abeilles sont transportées par camion à travers l’Amérique du Nord, suite à la floraison de nombreux aliments de base. Puisque les apiculteurs industriels le savent bien, les déplacements nécessaires à la pollinisation de ces cultures sont très éprouvants pour les abeilles. Les abeilles, et en particulier les reines, peuvent être stressées lors du transport en raison des changements de température, d’altitude et d’humidité ; les aires d’entreposage favorisent souvent la propagation des maladies, le vol à l’intérieur des dépôts, la dispersion des colonies et la mauvaise nutrition des ruches.

Pratiquez une apiculture à faible intervention humaine. Lancés par Jason Miller, Ryan Elison et leur équipe des mielleries Miller, l’expression « faible contact » fait référence au nombre de fois où une ruche est déplacée au cours de l’année. L’apiculture à faible intervention humaine vise à amener les abeilles là où elles doivent aller, tout en réduisant considérablement le nombre d’arrêts entre les déplacements.

Les mielleries Miller avaient l’habitude de « toucher » ses ruches, expression qui s’applique à toutes les occasions durant lesquelles une ruche est transportée sur un camion, environ treize à quinze fois par an. En plus du transport des ruches vers la pollinisation, une aire d’entreposage de miel et leur installation d’hivernage intérieure, les ruches étaient également déplacées vers et depuis des aires d’entreposage. Les aires d’entreposage sont depuis longtemps la norme dans l’apiculture industrielle, car elles facilitent le transport et l’entretien des ruches pendant les trajets. L’industrie de la pollinisation migratoire a intégré des principes logistiques modernes similaires au modèle « réseau en étoile » de l’industrie aérienne, en utilisant des aires d’entreposage comme « plaque tournante ». L’utilisation de sites centralisés pour accueillir les ruches permet de réduire les déplacements de l’apiculteur et de rationaliser la gestion des ruches.

Les mielleries Miller ont intégré des principes d’apiculture à faible intervention humaine, qui remplacent le modèle « réseau en étoile » par un itinéraire « point à point », en utilisant une planification logistique précise. L’équipe n’effectue plus que sept ou huit déplacements par an et n’utilise presque plus d’aire d’entreposage. Une réduction des équipements brisés, une faible mortalité des reines et des abeilles plus fortes, sont les avantages observés jusqu’à présent. 

Vous souhaitez en savoir plus sur l’apiculture à faible intervention humaine? Les avantages sont évidents, mais elle nécessite une planification préalable et une gestion plus approfondie que celle des aires d’entreposage. Voici les avantages et quelques conseils pour planifier votre premier voyage en apiculture à faible intervention humaine!

Avantages pour les abeilles : moins de pertes de butineuses.

Chaque fois qu’une ruche est déplacée, même avec la plus grande précaution la nuit, il y a une perte inévitable de butineuses. En général, elles ont besoin de temps et d’un point de repère constant pour s’orienter vers un nouvel emplacement¹. Pour les butineuses infestées d’acariens, ce qui est plus susceptible de se produire si elles ont été conservées dans une aire d’entreposage, il est encore plus difficile pour les abeilles affectées de s’orienter, car les acariens peuvent altérer la capacité des abeilles à s’orienter2.

Les acariens peuvent également influencer le comportement migratoire des abeilles butineuses, à tel point que les butineuses atteintes d’acariens peuvent ne pas retourner à la ruche, peut-être est-ce une réaction d’adaptation visant à éliminer les parasites de la colonie³.

Randy Oliver, de ScientificBeekeeping.com, ne déplace lui aussi que très peu ses ruches. Il ajoute : « Il n’y a pas que les butineuses, mais dans les ruches surpeuplées, comme les aires d’entreposage, il y a une énorme dispersion des abeilles nourricières lors de leurs vols de défécation. Ces nourrices sont celles qui sont le plus infectées par les acariens et qui sont facilement acceptées par les abeilles de garde. »

L’apiculture à faible intervention humaine réduit les possibilités de perte d’abeilles, ce qui permet de renforcer les ruches.

Avantages pour les abeilles : moins de temps passé dans les aires d’entreposages.

La principale méthode utilisée par les mielleries Miller pour réduire le nombre de déplacements de ses abeilles a consisté à éliminer les visites dans les aires d’entreposages. « Nous avions l’habitude de faire beaucoup de manipulations dans les aires d’entreposages. Nous en faisons encore quelques-unes, mais pour l’essentiel, nous nous sommes éloignés de ce modèle et nous nous sommes concentrés sur des stratégies visant à amener les abeilles à leur destination finale le plus rapidement possible », a déclaré Jason Miller.

Les aires d’entreposages sont éprouvantes pour les abeilles, et ce pour plusieurs raisons. Comme il y a beaucoup d’abeilles dans la même zone et que l’environnement des aires d’entreposages a tendance à être pauvre en fourrage, la nutrition des abeilles est généralement très mauvaise. La forte concentration et le mélange inévitable d’abeilles provenant de différentes colonies rendent les aires d’entreposages également parfaits pour la propagation de maladies et de parasites tels que le varroa et la couvée fétide. Lorsque les températures sont élevées et que le butinage est rare, les aires d’entreposages se transforment souvent en une « frénésie de pillage », les ruches les plus fortes pillant les réserves de miel des ruches les plus faibles. Finalement, les aires d’entreposage manquent de repères physiques que les abeilles utilisent pour s’orienter, ce qui entraîne une augmentation de la « dispersion des ruches », généralement vers les ruches situées autour du périmètre de l’aire d’entreposage.

Avantages pour les abeilles : réduction du stress des reines et diminution de leur taux de mortalité.

Miller a toujours observé que chaque fois qu’un groupe de ruches est transporté, environ 2 à 4 % des reines meurent peu après. Cette perte de reines ne se manifeste souvent pas immédiatement, mais plutôt au fil du temps, lorsque l’on découvre que les ruches n’ont pas de reines ou qu’elles sont surnuméraires. Jason pense que c’est « l’un des coupables fantômes du taux de mortalité élevé des reines fréquemment observée dans l’apiculture industrielle ».

Avantages pour l’apiculteur : amélioration du succès de l’hivernage.

L’un des avantages des aires d’entreposages est qu’il est facile et rapide de traiter et de nourrir plusieurs colonies à la fois. Les mielleries Miller ont fait de l’apiculture à faible intervention humaine un succès pour ses abeilles et leur exploitation, grâce à une planification précise et à un flux de travail optimisé. Le temps supplémentaire nécessaire pour traiter les ruches qui sont plus dispersées dans les aires d’entreposage à pollinisation et à miel en vaut la peine lorsqu’ils prennent le temps d’examiner les statistiques de mortalité des ruches pendant l’hiver. Avec d’autres changements de gestion, l’apiculture à faible intervention a aidé les Millers à augmenter constamment le taux de survie des ruches en hiver à plus de 90 %.

Avantages pour l’apiculteur : moins de matériel brisé

Après être passées à l’apiculture à faible contact, les mielleries Miller ont également réduit les dépenses liées aux équipements brisés (notamment les palettes, les couvertures, etc.). Comme les ruches sont moins transportées, le matériel en bois dure beaucoup plus longtemps et reste en meilleur état général.

Conseil : la clé pour une apiculture à faible intervention humaine c’est la planification

Avant le début de la saison, vous pouvez prendre le temps de planifier votre itinéraire et de chercher des moyens d’éliminer ou de réduire les visites dans l’aire d’entreposage. Si vous amenez vos abeilles à la pollinisation avant la floraison, vous devrez être prêt à les nourrir beaucoup plus et à augmenter la répartition de vos équipes de travailleurs. De nombreux apiculteurs industriels utilisent également des technologies d’enregistrement pour rationaliser la planification et la gestion de leurs opérations.

L’application BeeTrack de Nectar est optimisée pour aider les apiculteurs industriels à évaluer tous leurs intrants et leurs effets sur les abeilles. BeeTrack combine la technologie GPS avec des étiquettes à code QR, une application mobile et le portail du gestionnaire, pour montrer l’historique de vos ruches, y compris les emplacements antérieurs, l’alimentation et les traitements. BeeTrack peut vous aider à rationaliser la logistique complexe de l’apiculture industrielle, afin que vous puissiez vous concentrer sur le soin de vos abeilles. Vous souhaitez en savoir plus sur BeeTrack? Cliquez ici pour programmer une démonstration avec l’un de nos experts.


Partagez cet article

Articles reliés